Carte Navigo à tarif unique

0 commentaire Le par

La carte Navigo à tarif unique, qu’est-ce que c’est ?

 

Finies les zones ! Chaque Francilien paiera sa carte Navigo au même prix, quel que soit l’endroit où il habite et où il travaille.

Notre logique est simple. À une Région et un réseau de transports en commun (bus, RER, métro, Tramway, Transilien) doit correspondre un tarif unique. C’est à la fois un choix politique et une nouvelle manière de penser les transports.

 

Combien va coûter la carte Navigo à tarif unique ?

 

70 € ! Nous avons souhaité que tous les abonnés Navigo soient gagnants en fixant un prix le plus proche possible du tarif en vigueur pour la zone 1-2 (actuellement 67,1 €)

 

Pourquoi une telle mesure ?

 

Parce que nous nous y sommes engagés en 2010 devant les Franciliens ! Il nous semblait en effet injuste que les usagers des transports en commun qui habitent le plus loin de Paris soient à la fois les moins bien desservis et ceux qui payent le plus cher.

 

À qui s’adresse cette mesure?

 

Aux 2 millions d’abonnés Navigo ! La carte à tarif unique est une solution gagnant-gagnant. En fonction de leur abonnement, les usagers vont gagner soit en pouvoir d’achat, soit en mobilité. Pour 1 150 000 Franciliens soit 57 % des abonnés Navigo, c’est plus de pouvoir d’achat :

 

  • + 192 € par an pour les abonnés aux zones 1-3 (96 € pour les salariés qui bénéficient d’une prise en charge de 50 % de leurs frais de transports par leur employeur)
  • + 420 € par an pour les abonnés aux zones 1-4 (210 € pour les salariés qui bénéficient d’une prise en charge de 50 % de leurs frais de transports par leur employeur)
  •  + 516 € par an pour les abonnés aux zones 1-5 (258 € pour les salariés qui bénéficient d’une prise en charge de 50 % de leurs frais de transports par leur employeur)

 

Pour les 750 000 abonnés Navigo de la zone 1-2, c’est plus de mobilité. Pour 2,90 € par mois (1,45 € après la prise en charge de employeur) ceux-ci pourront accéder à l’ensemble du réseau francilien tout au long de l’année. Il suffira d’un aller simple par mois hors de sa zone d’abonnement d’origine pour compenser cette petite augmentation.

 

Qu’en est-il de la Carte imaginaire et des « mini-passes », ces abonnements qui ne comprennent pas les zones 1-2 et qui coûtent moins que 70 € par mois ?

 

Il y a à l’heure actuelle 50 000 abonnés Navigo zones 2-4, 2-5 et 3-5 ( soit 2,3 % des usagers) et 210 000 abonnés zones  2-3, 3-4 et 4-5 (9,7 % des usagers). Nous connaissons le nombre de ces usagers et leur répartition par zones. Il est inenvisageable que ceux-ci voient le coût de leur abonnement augmenter de manière spectaculaire. Ce serait contraire au principe même de cette mesure gagnant-gagnant.

Le cas des « mini passes », tout comme celui de la Carte imaginaire,  sera défini ultérieurement, au moment de la phase de mise en œuvre opérationnelle. Mais il n’y aura pas d’augmentation importante du coût de leur abonnement. Pour les « mini-passes », on s’oriente plutôt vers le modèle appliqué pour les zones 1- 2 : gain de mobilité dans toute l’Île-de-France en contrepartie de l’augmentation de quelques euros, partiellement prise ne charge par les employeurs.

 

Quand la carte Navigo à tarif unique va-t-elle entrer en vigueur ?

 

Dès la rentrée 2015 ! Que de chemin parcouru depuis 2006 ! En 8 ans, ce sont 6 étapes vers le dézonage complet qui auront vu le jour :

  • 2006 : instauration de la tarification sociale dans les transports en commun (RMI puis RSA, CMU-C…)
  • 2007 : les zones 7 et 8 sont supprimées
  • 2009 : la carte Navigo remplace la carte Orange
  • 2011 : la zone 6 est à son tour supprimée
  • 2012 : tous les abonnés Navigo peuvent aller et venir dans toute l’Île-de-France le weekend et les jours fériés
  • 2013 : le dézonage s’étend aux petites vacances et aux vacances d’été.

Le passage à un tarif unique est aujourd’hui une étape supplémentaire vers le futur réseau de transport du Nouveau Grand Paris qui va abolir le principe même des zones en permettant aux Franciliens de se déplacer de banlieue-banlieue, sans passer par Paris.

 

Comment cette mesure va-t-elle être financée ?

 

La question du financement est pour nous essentielle pour garantir sa mise en œuvre sur la durée. Depuis 2010, la Région investit près de 500 millions par an pour améliorer les conditions de transports des Franciliens. Une action qu’elle souhaite poursuivre et intensifier.

La mise en place de la carte Navigo à tarif unique ne pouvait se faire aux dépens des investissements (nouvelles lignes et nouveaux trains). C’est pourquoi nous avons attendu que l’État concrétise son engagement à doter la Région de 140 M€ supplémentaires par an pour améliorer le réseau existant et à débloquer une enveloppe de 1,4 Mds€ destinée au financement du Nouveau Grand Paris (modernisation et extension du réseau de transports existant). Les investissements pour l’amélioration des conditions de transports sont désormais garantis pour les années à venir !

Pas question non plus de faire payer l’addition aux seuls usagers, Au contraire, pour que le passage à un tarif unique soit une vraie avancée, il doit être accessible au plus grand nombre de Franciliens.

Pour financer la carte Navigo à tarif unique, la Région Île-de-France et la Chambre de Commerce et d’Industrie francilienne (structure représentative des intérêts des entreprises franciliennes) ont trouvé un accord gagnant-gagnant. Ce sont les entreprises franciliennes qui vont être mises à contribution ; mais pas n’importe lesquelles : seules les entreprises de plus de 10 salariés situées dans les zones les mieux desservies par les transports verront leur participation au financement du réseau de transports augmenter de 0,13 % en moyenne. Les très petites entreprises (TPE) qui représentent 80% des entreprises franciliennes ne seront donc pas touchées par cette augmentation.

Cet engagement supplémentaire sera compensé par des baisses de charges sur la construction et la rénovation de bureaux, mais également par le gain que les entreprises franciliennes tireront d’une baisse du prix de plus de la moitié des abonnements Navigo à l’occasion de la mise en place du tarif unique. Car n’oublions pas que les entreprises ont l’obligation de rembourser 50% des frais de transports du quotidien de leurs salariés. Baisser le prix des abonnements, c’est baisser mécaniquement le montant à rembourser. Les TPE franciliennes les plus éloignées de la capitale seront donc doublement gagnantes puisqu’elles seront exemptées de la hausse du versement transport tout en bénéficiant d’une baisse de leur participation obligatoire au frais de transports de leurs salariés.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

Les données publiées par Pôle Emploi ce mercredi 24 août confirment la baisse continue du nombre de personnes sans emploi en France depuis un an. Ces résultats encourageants soulignent le
Le par
Au lendemain de la publication de propos choquants attribués à Nicolas Sarkozy, la région Île-de-France réaffirme son engagement dans la lutte contre le SIDA.
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :