Déclaration de Jean-Christophe Cambadélis

0 commentaire Le par

La France en guerre vient de subir une épreuve de guerre.

Un assassinat de masse a été programmé par l’armée terroriste Daesh.

Il marque après la Turquie, le Liban et l’Égypte, la volonté de mondialiser la terreur.

La France paie un lourd tribut avec plus de 120 morts et des centaines de blessés.

La France pleure ses morts, c’est le temps du recueillement.

Notre peine est immense, nous pensons aux victimes et nous adressons aux familles notre compassion et notre solidarité. Nous pensons aussi aux blessés qui, à l’heure actuelle, luttent avec courage.

Ces lâches attaques, aux modes opératoires multiples, visant de multiples cibles, ont été menées de nuit, compliquant le travail des secours et des forces de sécurité auxquels nous voulons rendre hommage pour leur engagement et leur détermination.

Le monde entier a manifesté sa solidarité. Dans l’épreuve, la France n’est pas seule.

Le Président de la République, François Hollande, a réagi rapidement et avec fermeté, décrétant l’état d’urgence, le contrôle aux frontières et un deuil national de trois jours.

Nous soutenons les mesures d’exception décidées. Elles en appellent d’autres. Le Président de la République s’exprimera devant la représentation nationale réunie en congrès lundi.

Devant l’épreuve, j’en appelle à la concorde nationale. Je remercie le président Nicolas Sarkozy et tous les responsables politiques d’apporter leur concours à cette union. Chacun, avec sang froid, mesure et esprit de concorde, doit apporter son soutien sans faille à la défense de la République. C’est ce que les Français attendent.

Nous appelons les Français qui montrent une fois de plus leur dignité dans le drame à faire bloc, tout en sachant que la démocratie doit être plus forte que la terreur.

Vive la République et vive la France.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

À nouveau l'horreur ! À Nice cette nuit le terrorisme se réclamant de l'islam a de nouveau frappé. L'objectif était clair : une tuerie, un jour de fête nationale, fête
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :