Jean-Luc Bennahmias

0 commentaire Le par

Né en 1954, j’ai fait mes études dans le 94.

Titulaire d’un BTS technico-commercial, je passe en 1984 un Diplôme d’université de formation pour adultes.

Journaliste à Antirouille, La Gueule ouverte, Télé 7 jours, La Vie, l’Événement du jeudi, je suis élu Conseiller régional en 1992, et maire-adjoint à Noisy-Le-Grand, 93.

À Marseille, je serai élu en 2004, Conseiller régional, puis Député européen, jusqu’en 2014.

De 1997 à 2001 je suis le Secrétaire national des Verts.

En 2007 je serai co-fondateur et vice-président du Modem

Je suis membre du CESE.

Déclaration de candidature

Un quinquennat de gauche s’achève.

Cinq ans de redressement pour la France, cinq ans d’efforts, de désillusions, parfois de souffrances pour les Français.

L’histoire retiendra le redressement, nos concitoyens retiennent la désillusion.

Le temps vient de tourner cette page, de regarder vers l’avenir. Un avenir qui se présente comme un défi aussi grand que le fut la Renaissance, à la fin du Moyen Âge.

Ce sera le moment d’un choix de société : utiliser ce progrès scientifique et technique pour enrichir toujours plus ceux qui dominent le monde, comme nous le voyons depuis quelques années, ou partager ce progrès comme c’est la tradition et l’Histoire de la France, héritière de 1789.

La France n’a jamais été aussi riche, mais les inégalités ne cessent de se creuser en son sein et la richesse est accaparée par quelques mains, changeant le visage de sa société.

Une autre voie est souhaitable, une autre voie est possible. Ma candidature est ici pour l’incarner.

Le Revenu Universel peut assurer à chacun de ne jamais tomber sous le seuil de pauvreté et de disposer des moyens de construire sa vie, de lui donner un sens.

La Sécurité sociale professionnelle peut effacer le spectre de la peur du chômage et de la précarité, en garantissant une carrière fluide tout au long de la vie.

Un nouveau modèle de développement permettra ces avancées, basé sur les énergies renouvelables, l’économie circulaire, une agriculture saine mettant en valeur les territoires, l’utilisation sobre de toutes les richesses de la planète, en sauvegardant sa biodiversité animale et végétale.

Cela, dans un cadre européen renouvelé, par une construction, par cercles concentriques, d’espaces où les conditions et le niveau de vie, et les garanties sociales, pourront être harmonisés par le haut.

Mais pour une telle politique, une telle ambition, il faut une majorité très large, que seule permet la proportionnelle.

Comme en 1945, plus qu’en 1945, les décisions qui sont devant nous ont une portée immense et demandent de retrouver la capacité de former un arc démocratique et progressiste qui aille très au-delà de l’actuelle majorité, vers la droite, comme vers la gauche. Ce qu’avait su faire le Conseil national de la Résistance.

La France peut-être à la hauteur de ce défi.

Je vous propose, ensemble, de le relever.

Livres publiés :

Un Président devrait dire ça…, Les Éditions du Net, 2016

Le nouvel optimisme de la volonté, François Bourin, 2014.

Résolument démocrate… et toujours écologiste, Yves Michel, 2011.

Des verts de toutes les couleurs, en collaboration avec Agnès Roche, Albin Michel, 2000

Suivez-moi sur Twitter.

Mon site internet.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

Vous souhaitez vous investir pour que les Primaires citoyennes de la gauche et des écologistes soient un succès ? Vous pouvez aider à la bonne organisation en participant à la campagne
Le par
Les électeurs de Sceaux disposeront de deux bureaux de vote, l'un à l'accueil des loisirs 4 place des Ailantes, l'autre aux Garages, 20 rue des Imbergères.
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :