Lettre de Jean-Christophe Cambadélis aux militants : Détermination ! Sang-froid ! Rassemblement dans la dignité !

0 commentaire Le par

Cher-es ami-es,

Chers compagnons de l’unité,

Cher-es camarades,

La Marseillaise a retenti, lundi 16 novembre 2015, dans la salle du Congrès au Palais de Versailles, chantée par toutes les représentantes et représentants de la nation. Elle a fait écho au discours du Président de la République qui incarnait la France dans l’épreuve.

Ce fut là, la Concorde nationale pour la défense de la République, ses valeurs, sa laïcité, son vivre ensemble.

La France est rentrée en résistance face à une armée terroriste se réclamant d’une vision fanatisée de l’Islam.

La France, fidèle à son message des Lumières, a dans un même élan décidé : Ils ne passeront pas !

L’assassinat de masse perpétué le vendredi 13 novembre annonce un combat vital pour ce que nous sommes. Il annonce des années de sang, des années de guerre.

Nul n’en doute maintenant.

Comme l’a réaffirmé le Président de la République, le but de la guerre n’est pas le conflit de civilisations, mais la destruction de Daech, pour que vive la coexistence pacifique des civilisations.

La France a été durement frappée dans sa chair et dans ses valeurs. La France se doit de répondre avec ampleur.

La représentation nationale réunie en Congrès a fait bloc. Le Président de la République, conformément à notre constitution, a délivré son message à la nation.

Cher-es ami-es,

Il nous faut d’abord être auprès des familles endeuillées et accompagner les blessés. Nous partageons tous leur souffrance, tout comme nous ressentons la peine, la colère, la peur de tous nos concitoyens.

Il s’agit de mener une guerre totale en ne perdant jamais de vue le but : détruire Daech et son jihad global nihiliste.

La France a bombardé Raqqa, capitale de l’armée terroriste et continuera de frapper les infrastructures de commandement et d’entraînement là où il le faut. La France veut continuer à le faire dans un cadre international légal, avec les puissances qui partagent ses objectifs.

La France proposera une résolution aux Nations-Unies, demandera la cohérence européenne et une seule coalition pour se battre contre Daech.

Toutes les nations du monde, quelle que soit leur philosophie ou leur religion, sont devant leurs responsabilités : « aucun soutien à Daech, un isolement mondial, une destruction totale ».

En France, nous mènerons une lutte sans relâche contre la propagande terroriste, partout où les sergents recruteurs de la haine exercent leurs talents pour les ténèbres.

Ensuite, il s’agira d’assurer à nos concitoyens la sécurité maximale, c’est essentiel. La mise en place de l’état d’urgence, le rétablissement des contrôles aux frontières et le déploiement de 3000 soldats, l’augmentation des moyens pour l’administration, les services judiciaires et les douanes, sont des décisions exceptionnelles mais indispensables. Ces mesures permettront d’accélérer considérablement le travail d’enquête et de renforcer sensiblement nos défenses. Les modifications du cadre constitutionnel et législatif seront nécessaires pour être à la hauteur de l’évènement.

Enfin, troisième dimension de notre riposte, il faut assurer la Concorde nationale.

Celle-ci va au-delà de la simple unité nationale. Il ne s’agit pas de l’affaire des seuls partis, même si chacun comprendra qu’il faut être uni. Il s’agit du peuple de France tout entier, dans sa diversité. Il s’agit de mettre toutes et tous sous la protection nationale. Il s’agit de faire échec à l’objectif stratégique de Daech : transformer l’agression en guerre de religion.

Des compatriotes musulmans ont été tués et blessés comme tous les Français parce que Français.

Pourtant, les réseaux sociaux se sont remplis de haine et des exactions contre les mosquées ont été perpétrées. Elles ne sont pas acceptables au nom de la République et du combat contre Daech.

Cher-es ami-es, l’état d’urgence va être prolongé.

Dans les mois qui viennent, il va falloir être des citoyens d’urgence mais aussi des militants d’urgence, sachant adopter le bon comportement, portant les bons arguments. Sachons-le, nos concitoyens nous regardent, ils attendent de nous des réponses et que le gouvernement issu de nos rangs agisse, sans se précipiter et sans trembler.

Dans ce moment si difficile, si pesant, il faudra de la détermination.

Le Parti socialiste est déterminé. Il est déterminé car il doit assumer son rôle démocratique essentiel pour éclairer les débats et orienter les décisions. Le Parti socialiste est déterminé à soutenir tous les efforts des autorités françaises pour détruire Daech. Le Parti socialiste est déterminé à défendre nos valeurs et notre mode de vie, donc déterminé à défendre la Concorde nationale car c’est la meilleure résistance contre la barbarie, le meilleur antidote contre la haine.

La campagne électorale va reprendre ses droits lundi avec le début de la campagne officielle et la guerre pèsera sur les débats. Ce n’est pas seulement normal, c’est décisif.

Le Parti socialiste lance un appel : « Aux urnes les citoyens ». C’est une autre manière de combattre en montrant un peuple debout. Voter c’est démontrer que la démocratie est plus forte que la terreur.

Dans cette campagne, il faudra défendre l’intérêt général et déployer une attitude républicaine rassemblée, être le pôle de stabilité, d’unité et le cœur de la lutte.

Nous défendrons les décisions de la France au combat. Nous plaiderons sans relâche pour l’unité, pour que vivent la liberté, l’égalité et la fraternité.

Nous serons au niveau national, comme au niveau local, le Parti de la Concorde nationale pour que vivent la République et le vivre ensemble.

Nous refusons ceux qui veulent nous diviser en instillant le poison de la suspicion.

De nombreuses questions vont être abordées. Non seulement nous y répondrons et nous allons lancer un débat national : le dialogue dans la dignité et le rassemblement. Nous irons au devant des Français dans des cafés débats, sur les marchés pour répondre à leurs questions et plaider sans relâche pour l’union.

Nous regrettons qu’une droite divisée hésite entre l’union nationale et rupture nationale. Mais nous ne polémiquerons pas. L’extrême droite elle, fidèle à sa nature, tentera de faire de l’élection un référendum contre les musulmans… Nous répondrons sans ambiguïté.

La chasse aux musulmans c’est affaiblir la France et insécuriser les Français. Nous devons aux Français la Concorde nationale, pas la guerre civile.

« Nous sommes tous Français », « Nous aimons la vie en France », « Nous voulons protéger le vivre ensemble ». « Toute autre querelle est subalterne et affaiblit la République ». « Nous écoutons les avis, les propositions, nous les reprenons dans un esprit d’effi cacité et d’union ». « Mais nous ne polémiquerons pas. Si la vie continue et elle continuera, si le débat reste libre et il le restera, nous refusons de donner le spectacle de chamailleries alors que la France est dans la peine et le combat ». « L’unité fait notre force et le sang-froid notre dignité ».

Et nous ne ferons pas croire que les régions puissent régler le conflit en cours. Mais en faisant vivre le vivre ensemble, et en en faisant une priorité budgétaire, nous avons conscience de participer à le régler.

Enfin, nous dirons notre fierté de l’action ferme, rassembleuse du Président de la République qui, dans cette nouvelle épreuve, a non seulement eu les mots justes mais les décisions justes.

Je suis persuadé que notre formation politique saura faire face, comme le débat au bureau national extraordinaire l’a démontré, dans l’unité, dans la discussion fraternelle, dans la volonté de se battre sur notre triptyque commun : la guerre totale contre Daech, la sécurité maximale pour les Français, la Concorde nationale.

Au-delà de la compétition de premier tour que nous avons toujours combattue, nous ne serons pas seuls. Il faut noter que, Cécile Duflot, dans une intervention remarquée au Congrès ou Emmanuelle Cosse et Pierre Laurent devant le Président de la République le 15 novembre dernier, sans oublier les représentants communistes au Parlement, Eliane Assassi, André Chassaigne et Corinne Bouchoux pour le groupe écologiste au Sénat, tous ont déclaré leur accord global avec les mesures énoncées par le Président. Ce qui était déjà en cours, à savoir l’alliance de second tour va s’accentuer. Les Français sont dignes, rassemblés et courageux, prenons exemple sur eux.

Voilà, cher-es ami-es, cher-es camarades, les conditions d’une fin de campagne dont l’organisation sera tout à la fois perturbée et politiquement réévaluée au regard de l’Histoire.

Amitiés socialistes,

Jean-Christophe Cambadélis

Premier secrétaire du Parti socialiste

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

À nouveau l'horreur ! À Nice cette nuit le terrorisme se réclamant de l'islam a de nouveau frappé. L'objectif était clair : une tuerie, un jour de fête nationale, fête
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :