Message de Julie Sommaruga, députée de la 11e circonscription des Hauts-de-Seine

Le par

Madame, Monsieur,

C’est avec une très vive émotion que je m’adresse à vous suite aux tragiques événements qui ont endeuillé la France ces derniers jours.

En mon nom personnel et en celui de la représentation nationale, je tiens à saluer la mémoire des victimes des crimes ignobles perpétrés à l’encontre de Charlie Hebdo, de la Police nationale et de la Police municipale, ainsi que de la communauté juive. Mes pensées et mon plein soutien sont tournés vers les familles et les proches des victimes, ainsi que vers celles et ceux qui ont été blessés.

Je tiens également à saluer et remercier le dévouement et le courage des services de police dans un contexte complexe et dangereux.

À cette heure, nous sommes tous Charlie, en hommage aux journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo, comme nous sommes les victimes innocentes du supermarché cacher de la porte de Vincennes et les policiers assassinés à Paris et à Montrouge. Les premiers ont été exécutés parce qu’ils étaient libres, les seconds parce qu’ils étaient les symboles de la République, les troisièmes parce qu’ils étaient juifs, mais c’est le même fanatisme qui les a frappés.

Assassiner des journalistes, c’est s’attaquer à notre démocratie et à cette liberté de la presse si chère à notre pays et à nos valeurs. L’entraver, c’est la nier. C’est pourquoi la France ne laissera jamais la liberté d’expression se faire massacrer. Le crayon sera toujours plus fort que la lâcheté des armes !

Assassiner nos forces de l’ordre, des policiers engagés dans la protection des biens et des personnes et des agents de nos services municipaux, c’est s’attaquer au service public, mais aussi au sens de l’intérêt général et à la démocratie.

Assassiner des juifs, c’est s’attaquer à l’humanité tout entière. On est au dernier degré de l’inhumanité quand on tue des juifs parce qu’ils sont tout simplement juifs. Ce massacre antisémite rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Depuis toujours et malheureusement nous avons la preuve, la lutte contre l’antisémitisme doit être un combat de tous les jours.

La fusillade de jeudi matin qui a arraché la vie à Clarissa Jean-Philippe, policière municipale de Montrouge, et blessé grièvement un agent de la voirie nous a toutes et tous bouleversés. J’ai ainsi tenu à être présente à l’hommage rendu à la Préfecture de police par le président de la République, hommage durant lequel Clarissa a été élevée au grade de chevalier de la Légion d’honneur, avec citation à l’ordre de la nation. C’est en martyre qu’elle est tombée pour que nous puissions vivre libres. Nous ne l’oublierons jamais.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le faire, j’exprime ma solidarité envers l’ensemble des agents municipaux de Montrouge, Bagneux et Malakoff dans cette terrible épreuve. Plus qu’une collègue, c’est un membre de leur famille, celle du service public, qui a été assassiné froidement, lâchement.

Si l’effroi nous saisit et l’émotion nous envahit, c’est bien parce que le fondement de notre vivre-ensemble, la République, est atteinte en son cœur. La France est attaquée pour ce qu’elle incarne, ce qu’elle défend, ce qu’elle s’efforce de faire vivre au jour le jour: la liberté, l’égalité, la fraternité.

Face à la remise en cause de nos valeurs par la barbarie la plus totale, il ne peut y avoir qu’une seule réponse: l’unité autour de nos valeurs républicaines. Ne nous y trompons pas. Si la terreur s’attaque à la liberté, c’est précisément pour nous enfermer dans nos divisions.

L’histoire nous enseigne que le peuple souverain se bat toujours mieux que le peuple soumis. La soumission à la peur et à la haine, nous la refusons, nous la combattons et nous la vaincrons.

Et, nous devons penser en cette heure d’épreuve au piège politique que nous tendent les terroristes. Ils espèrent que la colère et l’indignation qui nous animent trouveront chez certains de nos concitoyens leur expression dans un rejet et une hostilité à l’égard de tous les musulmans de France. Ainsi, se creuserait le fossé qu’ils rêvent d’ouvrir entre les musulmans et les autres citoyens. Notre combat contre la soumission doit être également celui contre la stigmatisation. Ne tombons pas dans le piège tendu par ceux qui participent ou tendent la main au terrorisme, piège qui consisterait à accréditer des amalgames aussi dangereux qu’infondés entre terrorisme et islam. Comme toutes les religions, l’islam est humanisme, pas terrorisme. Alors, refusons ce qui serait leur victoire. Gardons-nous des amalgames injustes et des passions fratricides.

La lutte contre la terreur, contre l’obscurantisme, ne doit pas nous diviser, mais nous unir. C’est la condition de notre succès. Alors, Madame, Monsieur, chers amis, soyons unis.

 

Vive la liberté, vive la République, Vive la France.

Sur le même thème, lire aussi :

C'est en 1910 que la socialiste allemande, Clara Zetkin a proposé pour la première fois l'organisation d'une journée internationale des femmes. Il s'agissait à l'époque de soutenir et diffusé la
Le par
Signez et faites signer la pétition contre le projet de fusion du 92 et du 78. Notre horizon c'est la Métropole du Grand Paris !
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :