Résolution Europe – Congrès du Parti socialiste de Poitiers

0 commentaire Le par

L’Europe est notre histoire commune, elle est notre avenir, elle doit aussi redevenir un espoir pour tous les peuples. Elle est cette union entre les nations qui a permis d’établir durablement la paix et la démocratie sur le continent européen. Les sociaux-démocrates ont joué un rôle déterminant dans la fondation et l’histoire de l’Europe, il nous incombe à présent de poursuivre la construction européenne en lui donnant corps politiquement et socialement. L’Union économique et monétaire est un pilier fondamental de la construction européenne. Le projet social-démocrate vise à renforcer cette dimension, tout en mettant en œuvre une Europe sociale et protectrice ; pendant indispensable du progrès et de la consolidation du projet européen.

 

Pourtant, la méfiance, voire le rejet du projet européen ont progressivement supplanté les ambitions initiales de l’Europe et l’ont fortement fragilisée. Le déficit démocratique, les orientations libérales menées depuis dix ans, les cures d’austérité drastiques imposées aux peuples par la droite, le manque de solidarité (en Grèce en particulier), l’attitude des politiques nationaux ont eu pour conséquence directe cette défiance envers l’Europe, le problème de l’appropriation de celle-ci par les citoyens, et son manque de visibilité. La responsabilité des droites européennes a été particulièrement forte en la matière, elles qui ont ainsi favorisé la montée des extrémismes, cultivés sur le terreau de la peur et de l’idéologie des reculs démocratiques, économiques et sociaux.

La réponse de l’Europe à la crise a été catastrophique. Bien que l’Europe, en 2008-2009, à l’instar des autres régions du monde, a engagé un plan de relance, sur de seules bases nationales, ce dernier a été trop timide et limité dans le temps. Dès 2010, ce sont les politiques d’austérité qui ont pris le dessus : ainsi l’investissement privé est-il à présent bien inférieur à présent à son niveau d’avant crise. Ce n’est qu’acculée que l’Union européenne a pu se doter de certains mécanismes de sauvetage. Ces politiques ont eu des effets délétères pour la cohésion sociale et l’intégration européenne. Tous les services sociaux et droits fondamentaux ont été touchés : la santé, l’éducation, le logement, la justice, les retraites, le droit du travail… Pour ne donner que quelques exemples présentés dans une étude du Parlement européen en 2015, certaines écoles ne sont plus chauffées en Grèce, alors que les standards d’hygiène dans d’autres, en Italie notamment, ne sont plus respectés et reculent. Les coûts de santé ont été transférés de l’État aux patients ; le nombre de bébés nés avec un poids insuffisant a augmenté de 19 % entre 2008 et 2010, alors que le nombre de morts à la naissance a progressé de 21 %. C’est une situation terrible et inacceptable.

Le peu de confiance en l’Europe, les tentations de repli sur des solutions nationales, dans un monde globalisé et sur un continent dont le système politique communautaire est unique au monde, les difficultés économiques (crise des dettes souveraines, chômage de masse, qui touche durement les jeunes générations en particulier, crise économique, fragilisation des systèmes de protection sociale) sont autant de facteurs qui se répercutent dans la faible participation électorale. Les droites européennes portent une lourde responsabilité à cet égard : les politiques d’austérité qu’elles ont initié et théorisé ont frappé durement les peuples, les services publics, l’accès aux droits fondamentaux tels que la santé et l’éducation. Elles ont creusé ce fossé entre l’Europe et ses citoyens, et ouvert la brèche de la défiance. Au niveau national, cela remet en cause et fragilise la démocratie, le système politique des partis, et l’abstention ouvre la voie à la montée des extrémismes. Au niveau européen, ces politiques ont contribué à amplifier le déficit démocratique et la défiance, et pose la question du modèle politique que nous voulons pour l’Europe (fédéralisme, États-nations, mixité des systèmes nationaux et communautaire, nouveaux élargissements).

Pour autant, la crise n’est pas une fatalité.  Depuis 2012, après la victoire des socialistes et de la gauche, François Hollande et le gouvernement ont mis l’accent sur la relance de la croissance, pour que des investissements ambitieux, notamment en matière de transition écologique soient entrepris rapidement. Elle plaide ainsi pour que ce ne soit pas les peuples qui paient pour les errements d’un système bancaire et financier « court-termiste » et cupide.

La réorientation commence à porter ses fruits. Des infléchissements notables de la politique européenne ont déjà été réalisés : la baisse de l’euro, la lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux, avec notamment l’échange automatique d’informations, l’annonce du plan d’investissements Juncker, l’Union bancaire, l’accord sur le climat, la garantie jeunesse, la réforme de la directive sur les travailleurs détachés… Nous devons aller plus loin encore. L’Europe a tous les moyens pour sortir par le haut de cette crise, si tant est qu’elle allie la solidarité avec la nécessaire compétitivité, et qu’elle ne confonde pas coordination avec alignement et harmonisation avec moins-disant social. En d’autres termes, l’Europe peut se donner les moyens du plein emploi et de la croissance par la justice sociale, la stabilité financière et le respect de l’environnement.

Renforcer l’Europe, continuer à la construire dans l’intérêt de ses citoyens, c’est aussi porter la vision d’une Europe comme destinée commune des peuples et des citoyens qui la composent et forgent son histoire. La responsabilité des citoyens et des nations est immense à l’heure où l’Europe atteint un tournant dans son histoire. Les élargissements successifs ont permis à de nombreux pays d’intégrer l’Union, de s’y développer économiquement, et d’engager durablement une transition démocratique initiée lors de la chute des dictatures. Pour autant, le projet européen est bien loin d’être achevé en la matière, et la démocratie est entachée par la corruption qui ronge les États et les institutions, par l’évasion fiscale, les paradis fiscaux et les économies souterraines, par la résurgence des nationalismes. La création de la zone euro et de l’espace Schengen, le développement de la prospérité sur le continent, le développement des systèmes de protection sociale, l’européanisation de l’éducation et du marché de l’emploi sont autant de marches vers la création d’un destin commun, celui des Européens, qui est à présent fragilisé et qu’il nous faut reprendre en main. Soixante-cinq ans après la première pierre qui marque sa création, l’Europe doit sans cesse créer son propre futur.

La mise en œuvre d’une Europe politique est plus que jamais nécessaire à son développement, et constitue notre horizon. Nous devons donner les moyens à l’Europe de se penser comme un espace de citoyenneté, comme un avenir commun qui appartient à chacun de ses citoyens et nations. Nous devons donner les moyens à l’Europe de penser sa propre identité. La crise économique, les disparités de résistance des États membres face à celle-ci, la montée des extrémismes et des populismes, le déficit démocratique des institutions fragilisent la perception de cet avenir commun, à l’heure où l’Europe est présente dans tous les aspects de la vie des citoyens. Elle paraît distante, difficile d’accès et peu porteuse de ce rêve et de ce futur. Réorienter l’Europe, c’est lui redonner sens et recréer la vision des fondateurs.

Développer la création européenne, permettre à chaque citoyen de penser l’Europe et de participer à son destin, lutter contre ces phénomènes qui la fragilisent impliquent la mise en œuvre d’une Europe politique et sociale. En tant que sociaux-démocrates, il s’agit à la fois de notre responsabilité et de l’horizon que nous nous donnons.

 

***

 

Les socialistes français et européens, réunis en Congrès à Poitiers,

 

Conscients du rôle que les socialistes et sociaux-démocrates doivent jouer pour porter leur ambition d’une Europe protectrice et démocratique, d’une Europe de paix et de prospérité,

Déterminés à poursuivre la réorientation de l’Europe, affaiblie par le projet libéral et les politiques d’austérité menées depuis dix ans par les conservateurs,

Unis dans l’idée que l’avenir européen se joue dans l’élaboration d’une Europe politique et sociale, plus démocratique, et favorisant la participation pleine et entière des citoyens à leur avenir,

Adoptent l’orientation suivante, qu’ils porteront dans tous les cadres de la politique européenne, au sein du Parti socialiste, du Parti socialiste européen, avec leurs partenaires européens sociaux-démocrates et progressistes, au sein des institutions de la France et de l’Union européenne :

 

Penser la citoyenneté européenne

 

La construction européenne ne peut se faire que par la participation de ses citoyens aux processus décisionnels, à l’élaboration de sa propre histoire et de ses projets. Les socialistes et  sociaux-démocrates ont toujours initié le progrès et la modernité dans leur histoire. Celle-ci est désormais indissociable de l’Europe, qui peine pourtant à se penser elle-même. La responsabilité politique des partis, nationaux mais aussi à l’échelle européenne, est très importante dans la matérialisation de la citoyenneté européenne, qu’elle passe par les symboles (devise, valeurs, drapeau, hymne, journée nationale), l’éducation, les institutions, ou la démocratie (votes, capacité des peuples à décider de leur destin, notamment dans les partis politiques et les décisions qui engagent la construction européenne et les politiques qui les concernent). La citoyenneté européenne ne s’exercera que par la pleine participation des citoyens, et le recul des réflexes nationalistes ;

 

L’européanisation des partis politiques

 

Le Parti socialiste français et la famille socialiste et social-démocrate européenne se donnent comme horizon de faire vivre l’Europe en leur sein, en permettant à leurs militants et adhérents de se saisir pleinement des enjeux européens. La meilleure circulation de l’information, le militantisme européen, l’adaptation des structures statutaires et militantes des partis (le Parti socialiste français inscrit ainsi lors de ce Congrès dans ses statuts l’élection au suffrage direct de la désignation du candidat du PSE à la présidence de la Commission européenne), la systématisation de la dimension européenne des politiques portées par les partis, l’engagement plein et continu dans la politique européenne doivent faire des enjeux européens non pas une politique isolée, mais le cœur de leur combat et de la vie de leurs partis, en organisant le parti par rapport à l’agenda européen notamment. Une responsabilité particulière incombe à la France de s’investir pleinement dans la réorientation de l’Europe afin de lui redonner un souffle et une vision. Les socialistes français sont historiquement européens. Nous voyons l’Europe comme un échelon primordial pour pouvoir porter nos idées et agir dans un cadre mondial, nous voyons l’Europe comme une chance pour agir et développer la prospérité et la protection sociale : à nous d’engager plus avant le rôle qu’elle joue et doit jouer dans l’Union européenne ;

 

Le développement du Parti socialiste européen

 

La famille socialiste et sociale-démocrate doit trouver un ancrage profond dans le Parti socialiste européen, et poursuivre son développement en un parti de plein exercice, avec une assise militante. Le PSE doit être le lieu d’échange des partis socialistes et sociaux-démocrates européens, un lieu de formation et de mutualisation des bonnes pratiques. Mais il doit aussi remplir le rôle qui incombe aux partis : débattre en son sein et avec la société civile, créer des partenariats avec les groupes politiques qui partagent ses ambitions, initier des politiques qui trouveront leur aboutissement dans leur mise en œuvre par les institutions de l’Union européenne. Nous pouvons ainsi redonner un nouveau souffle au PSE, en recréant des espaces de délibération qui nous permettront d’initier des politiques européennes progressistes et à l’image de l’ambition des socialistes et sociaux-démocrates européens. Cela suppose l’investissement sans faille des leaders de nos partis et des États membres, le PSE ne pouvant être un outil déterminant dans l’élaboration des politiques européennes progressistes qu’à cette condition. Au niveau européen, cette capacité à fédérer les aspirations des citoyens européens et à leur donner corps ne peut se penser sans capacité militante, politique et institutionnelle : le PSE doit mener ses propres campagnes politiques continentales pour porter ses orientations, développer le militantisme européen, élaborer en son sein les campagnes aux élections européennes (par un manifeste et un candidat commun à la présidence de la Commission, par une stratégie électorale et post-électorale continentale). Nous souhaitons créer les conditions d’un renouveau au sein du PSE afin qu’il devienne un acteur incontournable de la politique européenne ;

 

La coordination des acteurs de la politique européenne

 

La politique européenne est élaborée et mise en œuvre par de nombreux acteurs. Il appartient aux partis, et à la famille socialiste et social-démocrate européenne de se coordonner en son sein, et de jouer un rôle central dans l’élaboration des politiques européennes, initiées à tous ses échelons : adhérents et militants, direction des partis, groupes parlementaires nationaux et européens, gouvernements, PSE, représentants auprès des institutions, en lien avec les partenaires politiques et de la société civile, et les think tanks progressistes ;

Reconnaissent à ces éléments structurels le caractère indispensable à la mise en œuvre de l’orientation politique portée par les socialistes français et les sociaux-démocrates européens ; fondée par l’idée de progrès et l’amélioration des conditions de vie des citoyens européens, les valeurs de liberté, de tolérance, de respect des droits de l’Homme, d’égalité ; dans la démocratie et le respect de l’État de droit :

 

Réorienter l’Europe par la reprise de la croissance économique soutenable

 

Les conservateurs et libéraux européens ont agit en idéologues. Alors que la crise prenait ses sources dans la financiarisation de l’économie, la dérégulation des marchés et une hausse des inégalités, ils ont voulu mener à bien leur dessein destructeur de l’affaiblissement de la puissance publique. Cela a eu des conséquences catastrophiques pour les peuples. Les politiques mises en place ont, à de rares exceptions, été reléguées au niveau national sans réelle coordination. L’Europe s’est donc retrouvée en panne de croissance, face à un risque déflationniste élevé, et confrontée à une hausse brutale du chômage et de la pauvreté.

Les socialistes et sociaux-démocrates européens ont une vision radicalement différente des politiques à mettre en place. En premier lieu, faudrait-il rappeler qu’à l’exception de la Grèce, la hausse des déficits et des dettes publics sont la conséquence et non la cause de la crise. Le Parti socialiste plaide depuis le début de la crise pour une relance importante de l’investissement. Dans ce cadre, il a accueilli favorablement les flexibilités apportées aux critères budgétaires du Pacte de stabilité et de croissance et le lancement d’un plan européen de relance de l’investissement. Les dispositifs mis en place sont un début, mais les socialistes et sociaux-démocrates européens demandent plus. La Banque européenne d’investissement pourrait en effet émettre des obligations européennes d’investissement afin de financer de grands projets européens pour les infrastructures et les industries de la transition écologique et énergétique, de la recherche, de la mobilité durable et du numérique. Ces titres pourraient ensuite être rachetés par la Banque centrale européenne. Les cofinancements à ces grands projets d’investissement doivent être retirés des calculs des déficits structurels de tous les États membres, y compris ceux sous le coup d’une  procédure de déficits excessifs. Il faut en outre rediriger les liquidités présentes vers les investissements productifs. A ce titre le Parti socialiste et les sociaux-démocrates européens demandent la mise en place rapide d’une taxe sur les transactions financières et une forte régulation des acteurs et des produits financiers. La lutte contre l’optimisation, l’évasion et la fraude fiscale doit devenir une priorité absolue alors que la fin des paradis fiscaux doit devenir une réalité. Dans ce cadre, les négociations relatives à la définition d’une « assiette commune consolidée de l’impôt sur les sociétés » couvrant l’ensemble de leurs activités dans l’Union européenne doivent aboutir. Davantage devrait par ailleurs être fait afin de prévenir les déséquilibres macroéconomiques en Europe. Ainsi une plus forte coordination des politiques économiques doit être établie. Les déficits commerciaux et financiers des uns ne sont en fait que les surplus des autres, il faut un rééquilibrage.

 

Pour une Europe sociale renforcée

 

Les sociaux-démocrates européens demandent la mise en place d’une assurance chômage européenne. Outre le fait qu’elle doit constituer un outil de politique sociale indispensable, elle sera un outil important de politique économique afin de pallier les déséquilibres au sein de l’Union européenne. En effet, plus aucun État membre n’aura intérêt à avoir un comportement de « passager clandestin », ce qui favorisera une coordination accrue des politiques économiques et sociales. Pour les socialistes, aucun accord commercial ne saurait remettre en question les avancées sociales ni instaurer des mécanismes d’arbitrage privés entre Etats et entreprises. Un salaire minimum européen doit être également mis en place dans chaque Etat membre de l’Union. En outre, une règle d’évolution de ce salaire minimum devra être discutée de sorte que la convergence économique et sociale en Europe devienne réalité. La directive sur les travailleurs détachés doit être renforcée afin de prévenir la concurrence sociale sans nuire à la liberté de circulation. La garantie jeunesse doit être développée et mise en pratique rapidement.

 

Inventer l’Europe du futur

 

Notre responsabilité politique vis-à-vis des jeunes générations européennes est immense, pour elles qui n’ont pas connu la guerre sur le continent, mais qui ne doivent pas perdre le sens si fort de la construction de l’Union européenne. Elles sont particulièrement touchées par la précarité, la montée des extrémismes, l’hypothèque de leur avenir, voire la perte du sens de l’Europe si nous ne réorientons pas l’Europe et ne créons pas avec elles les conditions d’un avenir meilleur. L’éducation, l’emploi, la protection sociale, la culture, la participation politique, mais aussi les grands projets européens tels qu’Erasmus ou la garantie jeunesse ; la transition énergétique, sont au cœur de notre projet et de la responsabilité que nous avons à continuer à donner un sens profond à l’Europe, à inventer l’Europe du futur, pour et avec les jeunes générations.

 

Penser l’Europe à l’échelle régionale et internationale

 

L’Europe est une organisation régionale, une entité politique et citoyenne unique au monde par ses ambitions et par son ampleur. Il nous faut initier de nouveaux modes et de nouvelles relations de l’Union avec d’une part les peuples et nations qui souhaitent la rejoindre, d’autre part son voisinage régional (Méditerranée, Russie, Moyen-Orient) et son rôle dans la définition d’un ordre mondial. L’Union européenne doit jouer pleinement son rôle d’acteur international, ainsi que ses États membres, dont notamment la France, et l’Allemagne, à l’instar de leur contribution décisive dans la signature des accords de Minsk relatifs à l’Ukraine et à la Russie. L’Europe est un acteur géopolitique majeur dans les relations internationales, dans le système multilatéral onusien (par ses deux sièges de membres permanents au Conseil de sécurité, par sa contribution financière et en contingents également dans lesquelles sont investis plusieurs États membres européens), en matière de défense (la France et le Royaume-Uni possèdent les seules capacités de projection du continent européen, et sont très investis dans les opérations de paix comme dans les coalitions de la communauté internationale, en matière de diplomatie bilatérale et multilatérale bien sûr). Il faut qu’elle renforce sa position internationale propre, au-delà et aux côtés de celle de ses États membres. Ainsi, les politiques de co-développement doivent présider aux relations de l’Europe à l’échelle internationale. Les relations de l’Europe à la Russie, sur le dossier ukrainien, sur les questions de sécurité énergétique, sur les revendications territoriales en Arctique, sur la diaspora russe et russophone dans les pays européens, sur les prétentions géostratégiques de la Russie et son rôle au Moyen-Orient (en Syrie, en Afghanistan) sont autant de liens sensibles et d’enjeux des relations russo-européennes dont les États membres, et l’Union doivent se saisir. Les socialistes, et les sociaux-démocrates, parce qu’ils sont historiquement fondés par l’idée que l’internationalisme est le socialisme, doivent être à l’initiative et refonder le rôle géopolitique de l’Europe. Les gouvernements socialistes et sociaux-démocrates y ont contribué depuis 2012, et le rôle de la diplomatie européenne, en matière de paix et sécurité, mais aussi en matière de négociations d’accords commerciaux ont replacé l’Europe au cœur du jeu international.

 

L’Europe attire parce qu’elle représente l’espoir d’une vie meilleure, parfois au prix de drames humains terribles, ainsi que le prouvent tragiquement les naufrages en Méditerranée. Les migrations et la question des réfugiés sont un défi immense pour l’Europe, et les sociaux-démocrates européens doivent y apporter une réponse à la hauteur des enjeux, à la hauteur des attentes placées dans l’Europe par les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile et afin de répondre aux drames humanitaires qui se jouent au Moyen-Orient, en Afrique et qui poussent des femmes et des hommes à mettre leur vie en péril dans l’espoir d’atteindre ses rivages.

 

 

Résolution adoptée par le vote des délégués du 77e congrès du Parti socialiste français, le 5 juin 2015 à Poitiers.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

À nouveau l'horreur ! À Nice cette nuit le terrorisme se réclamant de l'islam a de nouveau frappé. L'objectif était clair : une tuerie, un jour de fête nationale, fête
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :