Résolution Outre-mer – Congrès du Parti socialiste de Poitiers

0 commentaire Le par

« Le redressement dans la justice » a été le maître-mot de la campagne du Président de la République. Après 10 ans de désengagement budgétaire et de politiques attentistes tant inefficaces qu’injustes, le Gouvernement de gauche s’engage avec force pour les Outre-Mer  et marque le retour de l’État dans ces territoires.

Depuis 2012, le Gouvernement s’est ainsi attaché à traduire dans les actes les 30 engagements présidentiels pour les Outre-Mer.

Face aux caractéristiques spécifiques des économies ultramarines (étroitesse des marchés, éloignement, positions dominantes,…), le Gouvernement a fait voter, dès la première année du quinquennat, un projet de loi relatif à la régulation économique en outre-mer qui constitue un véritable plan de lutte contre les monopoles à travers des actions volontaristes sectorielles, notamment sur le carburant ou la téléphonie. La puissance publique marque ainsi sa volonté de rétablir une concurrence normale et d’apporter des solutions durables aux dysfonctionnements observés, générateurs d’injustices et de frustrations sociales.

Conscient des attentes et des besoins de ces territoires, le Gouvernement s’est par ailleurs attaché à déployer une série de dispositifs économiques et fiscaux dynamiques en faveur de la croissance et de l’emploi dans les outre-mer pour servir leur développement.

Au-delà de cette action volontariste, du CICE majoré, des emplois d’avenir renforcés et de la redynamisation du secteur de la construction de logements, le Congrès du Parti socialiste affirme sa volonté de repenser le pacte de progrès économique et social qui lie les Outre-Mer à la République.

La transition énergétique impulsée par Ségolène Royal lors de son déplacement en août dernier en Martinique doit être étendue rapidement à tous les territoires d’Outre-Mer. Le projet Pilote (énergie thermique des mers) ainsi que le projet biomasse (production d’électricité et de chaleur à partir de bagasse, un résidu de la canne à sucre) doivent permettre la sécurité énergétique. La croissance verte en Outre-Mer doit être le futur de ces territoires pour les 20 ans à venir.

Après l’égalité civique liée à la fin de l’esclavage en 1848, l’égalité politique avec le passage de colonies en départements et collectivités d’outre-mer en 1946, l’égalité sociale avec l’alignement des prestations sociales, l’égalité réelle au niveau économique et social entre les outre-mer et l’Hexagone reste pour les socialistes la dernière des avancées à atteindre.

La délégation interministérielle à l’égalité des chances des français d’Outre-Mer, créée il y a cinq ans, doit retrouver la force politique nécessaire pour défendre les combats des ultramarins et renforcer l’égalité réelle entre la Métropole et les Outre-Mer.

Demain, le Parti socialiste soutiendra l’ensemble des actions menées en faveur d’une programmation plurisectorielle et pluriannuelle d’investissements, adaptée aux réalités propres à chaque territoire, ayant pour objectif la convergence des indices de développement humain, notamment dans ses composantes sociales, sanitaires et culturelles, entre le standard hexagonal et ceux des Outre-Mer.

Le Congrès du Parti affirme également que ces plans de développement, définis territoire par territoire, devront principalement permettre de développer l’emploi, et notamment l’emploi des jeunes.

La jeunesse fut le pilier de la campagne du président de la République. Les jeunes ultramarins souffrent encore aujourd’hui d’un cruel manque de formation et ils sont exposés à un taux de chômage insupportable.

Face aux difficultés de la jeunesse, nous devons lui rendre un espoir à la hauteur de celui né en 2012. Rendre espoir aux jeunes ultramarins, c’est créer et renforcer les centres AFPA, c’est étendre l’offre de service militaire adapté et c’est accroitre les moyens et les offres de formation des universités ultramarines en développant les relations avec les établissements des pays limitrophes. C’est aussi restructurer les objectifs de LADOM.

Les plans territoriaux pour l’égalité, déclinés dans l’ensemble des départements et collectivités des Outre-mer et que le Parti socialiste appelle de ses vœux, doivent s’inscrire dans la durée et engager les majorités futures afin de permettre aux Outre-Mer d’atteindre l’égalité réelle. C’est un processus transversal qui concerne toutes les politiques publiques et touche toutes les strates de la société (économiques, sociales, culturelles…) et y compris les sujets difficiles de l’immigration dans certains territoires. Seule sa consécration législative garantira leur application pleine et entière.

 

Résolution adoptée par le vote des délégués du 77e congrès du Parti socialiste français, le 5 juin 2015 à Poitiers.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Sur le même thème, lire aussi :

À nouveau l'horreur ! À Nice cette nuit le terrorisme se réclamant de l'islam a de nouveau frappé. L'objectif était clair : une tuerie, un jour de fête nationale, fête
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :