Votez les 22 et 29 mars 2015 !

Le par

Qu’est-ce qu’un canton ?

 

Un canton est une unité de division du territoire comme le sont les villes, les intercommunalités, les métropoles, les départements et les régions.
En général, un canton regroupe plusieurs communes, sauf dans le cas des très grandes villes. Marseille, Toulouse ou Reims, par exemple, sont composées de plusieurs cantons. Sceaux appartient au canton n°6 avec Châtenay-Malabry et Le Plessis-Robinson.
Il y a, en moyenne, une vingtaine de cantons par département.
Les régions sont composées de plusieurs départements.

 

Depuis la loi du 17 mai 2013

 

Les élections cantonales deviennent les élections départementales. Le Conseil général devient le Conseil départemental. Les conseillers généraux étaient élus pour 6 ans et le Conseil général était renouvelé par moitié, tous les 3 ans. Désormais, le Conseil départemental est renouvelé en une fois, tous les 6 ans.
Le nombre de cantons a diminué de moitié grâce à un regroupement et un redécoupage des cantons. En métropole (hors Paris), le nombre de cantons est passé de 3 863 à 1995 cantons.
Dans les Outremer, il est passé de 172 à 59 (en Martinique et en Guyane, ils ont disparu avec la mise en place d’une collectivité unique).


>> Une infographie pour comprendre ces changements

 

Quelles sont les modalités du scrutin ?

 

Cette année, les citoyens Français voteront pour la première fois aux élections départementales :
Il s’agit d’un scrutin binominal paritaire à deux tours :

  • quatre noms seront inscrits sur chaque bulletin de vote : 2 titulaires (un homme et une femme) et 2 suppléants (un homme et une femme). Les noms ne peuvent pas être rayés, on ne peut pas « choisir » parmi les candidats d’un seul et même bulletin de vote.
  • pour être qualifiés au second tour, les candidats doivent impérativement être dans les deux premiers OU récolter au moins 12,5% des voix des inscrits. Auparavant, il suffisait d’obtenir 10 % des voix exprimées. Plus que jamais donc il est nécessaire de voter dès le premier tour !
  • une fois élus, les conseillers départementaux deviennent des grands électeurs. Comme avant la réforme de 2013, les grands électeurs votent pour le président du Conseil départemental et aux élections sénatoriales.

 

Voter socialiste, c’est voter pour des politiques publiques de gauche !

 

Le département est dit « chef de file » sur un certain nombre de compétences. Voter pour des candidats socialistes, c’est voter pour la mise en œuvre et la poursuite de politiques publiques de gauche :

  • la protection infantile, la création et la gestion des maisons de retraite, l’hébergement et les prestations sociales pour les personnes handicapées ;
  • éducation : la construction et l’équipement de collèges,
  • culture : création et gestion des bibliothèques, musées, protection du patrimoine,
  • aménagement : équipement rural, ports de pêche, les voiries en extension (hors réseau routier national),
  • développement économique : le département peut accorder des aides financières directes ou indirectes,

le département peut contribuer à la résorption de la précarité énergétique.

 

Les élections départementales : où et quand ?

 

Les dates des élections départementales sont les mêmes partout  : on votera donc les mêmes jours dans toute la France Métropolitaine (seules Paris et la grande métropole de Lyon ne votent pas) en Guadeloupe, à la Réunion, et à Mayotte.


Rendez-vous dans votre bureau de vote habituel les 22 et 29 mars !

Sur le même thème, lire aussi :

Les français et les françaises ont rendu leur verdict pour les élections départementales 2015. Le premier tour a vu l’affirmation du tripartisme. Le Front National s’implante sans triompher. L’UMP-UDI gagne
Le par
Par rapport aux dernières élections locales, alors même que la participation a diminué, passant de 56,43 % à 47,42 %, le Parti socialiste et EELV passe de 20,3 % à
Le par

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :